Recherche

Histoire de l'art – VF

Mois

octobre 2015

« Il était une photo… » : Les petites filles du bateau

Les petites filles bateau

Robert DOISNEAU,  » Les petites filles du bateau », 1945

Qu’il est bon de quitter Paris en ce mois d’août 1945. Il fait étouffant dans la capitale qui grouille de monde, telle un nid de fourmis. Hélène et Capucine ont été envoyées chez leur tante Martine à l’île de Ré pour trois semaines, le temps que leurs parents s’installent dans leur nouvel appartement dans le quartier du Marais. Les deux soeurs sont heureuses de retrouver tous leurs cousins et cousines pour partager ces merveilleuses vacances dans le petit village de la Flotte. Tante Martine et son mari, oncle Jean, habitent une grande maison de pierre blanche au bord de la mer, bordée de roses trémières. La propriété, entourée d’épaisses haies de lauriers, abrite un immense pin parasol, sous lequel tante Martine aime s’installer pour peindre.

Aujourd’hui, c’est dimanche et oncle Jean emmène toute la joyeuse troupe d’enfants en bateau jusqu’au petit village des Portes qui se situe de l’autre côté de l’île. A bord du grand voilier, les jumeaux Arnaud et Ulysse se prennent pour de vrais capitaines tandis qu’Hélène et Capucine se prélassent sur le pont, les cheveux au vent, inhalant l’air salé de la mer.

Les deux fillettes se chuchotent des petits secrets à l’oreille, éclatent de rire à la moindre vague qui fait trembler le bateau et profitent du soleil qui donne à leur peau ce joli teint doré.

Les jeunes passagers se réjouissent déjà de la bonne glace au chocolat qui les attend dans le petit port…

Publicités

« Il était une photo » : Nos poupées

Aujourd’hui, alors que ma petite sœur et moi étions en train de jouer calmement dans la salle de jeu, maman est venue pour nous annoncer une très triste nouvelle.  Lire la suite

Il était une photo

Voici Dorothy. Elle se recoiffe dans le reflet d’un miroir sale. Les souterrains à New York sont sales. Sales à cause de la pollution, à cause de la racaille qui laisse sa trace partout où elle va.

On est en hiver, le froid est omnipresent dans ces endroits, il faut essayer de l’oublier.

Dorothy se recoiffe pour avoir l’air quelque peu civilisée et acceptable, peut-être même belle. Car, avoir l’apparence repoussante ne rapporte pas autant de pièces qu’avoir l’air quelque peu digne.

Elle avait de la dignité avant, Dorothy. Elle était belle et respectée. On la regardait et on l’écoutait. Mais aujourd’hui ont la fuit du regard et on l’ignore.

Du jour au lendemain elle l’a perdu ce respect. Son entreprise a fermé et sa dignité a disparu avec. C’est la crise qui lui a tout pris. Elle s’est emparée de sa vie, a pris tout ces acquis, toutes ses fiertés et l’a laissée sur le bord d’un trottoir, la main tendue vers les passants. Mendiant pour pouvoir acheter de la nourriture.

Elle sait ce qui l’attend. Elle sait que le moment viendra ou elle utilisera sa petite fortune journalière pour acheter, non de la nourriture pour survivre, mais des substances pour oublier. A se moment là elle ne retrouvera aucunement sa dignité, mais elle pourra plonger dans l’oubli. Le moment où elle oubliera son passé, elle perdra le fil du présent, et ne sentira plus le futur arriver. Le moment où elle oubliera le froid.

« Il était une photo… » , La récréation

La-récréation-rue-Buffon-Paris-1959.-Robert-Doisneau-212x300
Robert, DOISNEAU, « La récréation »

Il était une photo où l0 heure la sonnette retentit, les enfants enfin libérés du cours de mathématiques. Plus de propriétés, plus de calcul, plus de problème, plus de règle ! Lire la suite

« Il était une photo » , Catherine la gracieuse ballerine

Robert, DOISNEAU, "Catherine la dansuse"
Robert, DOISNEAU, « Catherine la danseuse »

Il était une fois une photo…Une photo d’une ballerine, Catherine, une grande danseuse gracieuse et pour qui la danse représentait tout ce qu’il y a de plus précieux. Lire la suite

Se promener dans l’architecture

Villa Savoye (Poissy), Le CorbusierVisiter le Panthéon, le Parthénon, l’Alhambra de Grenade ou la maison sur la cascade sans se déplacer, c’est (presque) possible! Le site de la Columbia University propose des vues à 360° de nombreux édifices, depuis l’Antiquité jusqu’au 21e S.

 

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑